CAP finance, le Réseau de la finance solidaire

7 août 2012 | Écrit par Patricia Filiatrault dans Autre | Comité organisateur | Programme

Le projet CAP finance (le Réseau de la finance solidaire et responsable) sera présent à la Grande rencontre lors de la Table ronde. On viendra y parler plus précisément des défis de collaboration, qui s’est étalée sur 10 ans, ayant mené à la création du Réseau.

« CAP finance n’est pas né spontanément pour répondre à la crise. Il est plutôt le résultat de plusieurs années d’innovation et de collaboration en vue de penser la finance autrement et de mettre de l’avant de meilleures pratiques »

En 2006, dix années après la tenue du Sommet sur l’économie et l’emploi de 1996, les différents fonds québécois conviennent de la pertinence de s’allier dans une démarche de collaboration structurée afin de créer CAP finance. Gilles Bourque, économiste et éditeur des Éditions Vie Économique, a été présent à tous les instants. « Au début des années 2000, l’idée avait germé à l’Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale (ARUC-ÉS) », se souvient-il. Il poursuit : « L’ARUC-ÉS réunissait des acteurs de terrain et des chercheurs universitaires dans des chantiers d’action partenariale (CAP). Les membres de CAP finance7 et les participants à la conférence, organisée dans le cadre du Sommet, ont appuyé une résolution prévoyant la création d’un réseau afin de développer et de promouvoir la finance solidaire et le capital de développement. »

Les acteurs et les chercheurs ont uni pour la première fois leurs efforts afin de dresser le portrait de la finance socialement responsable au Québec, dans toutes ses composantes : le financement et le placement. Marguerite Mendell, professeure à l’École des affaires publiques et communautaires et directrice de l’Institut Karl Polanyi à l’Université Concordia souligne que « l’initiative était originale puisqu’on a généralement trop tendance à ne s’intéresser qu’à l’une des forces de cette finance, celle qui s’active dans le domaine du placement ».( …)

Bien que les acteurs soient rendus à maturité et que les fonds soient disponibles, il demeure un défi de partage, d’instrumentation et de reconnaissance dans une perspective d’économie plurielle. Dans une telle perspective, la présence de CAP finance constitue non seulement une avancée précieuse, mais aussi un signe manifeste de notre maturité en terme de mouvement social distinctif et solidaire.

 

Vous pouvez suivre les commentaires de cet article par RSS 2.0 Responses are currently closed, but you can trackback.